jeudi, mars 31, 2005

Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Sijie

Fiche
Titre: Balzac et la petite tailleuse chinoise
Auteur: Dai Sijie
Catégorie: Litterature & Fiction
Editeur: Gallimard, collection Folio
Nombre de pages: 229 pages
Format 11 cm x 18 cm
ISBN 2070416801



1971. La Révolution culturelle lancée par Mao en 1966 pour reconquérir le pouvoir battait son plein. Avec l’aide active de l’armée, Mao mobilise à travers tout le pays ses partisans contre les "contre-révolutionnaires" et tous ceux qui, dans le parti, s’opposent à la ligne prolétarienne.

C'était dans ce contexte que Luo âgé de 18 ans et le narrateur 17 ans, deux jeunes qui avaient simplement terminé leurs 3 ans de collèges, étaient envoyés dans une région montagnarde, "le Phénix du Ciel", pour être rééduqués par des paysans pauvres.

Ils étaient assimilés à des "intellectuels", parce que leurs parents étaient considérés comme des ennemis du peuple. Et pourtant le père de Luo était un éminent dentiste et celui du narrateur médecin.

Soumis à des lourdes corvées telles que porter la merde sur le dos, où chaque faux pas pouvait leur être fatal, ils s'en étaient assez bien débrouillés pour survivre dans ces conditions austères.

Figurez-vous que ces montagnards sont si arriérés qu'ils ont envoyé nos deux amis à voyager dans la ville proche pour assister à des projections de films et revenir le leur raconter ? Ces jours de voyage qui étaient des jours de répit, heureusement.

Un jour ils firent la connaissance de la petite tailleuse.



Et entre les aventures avec la tailleuse et les travaux de rééducation s'insèrent des épisodes sur la découverte d'une malle contenant des livres occidentaux interdits. La puissance des mots: c'est ce que redoute le plus Mao, mais quel émerveillement pour nos 2 protagonistes à en faire la découverte à travers ce trésor caché dans cette malle tant convoitée dans le roman. Ils partagèrent leur passion de la lecture de ces livres avec la tailleuse.

Sous cette période révolutionnaire où l'interdit entravait jusqu'aux sentiments les plus simples, où les hommes perdirent tout, même leurs rêves, et où le livre n'y avait pas droit de cité, sauf ceux du grand Timonier, cette malle changea à jamais le cours de la vie de nos 3 jeunes gens.

Le roman de Dai Sijie s'il est remarquable par la naïveté de l'aspect romantique, n'en demeure pas moins un témoignage touchant et réaliste de cette sombre période de l'histoire. Il constitue également un témoignage précieux sur la puissance de la littérature sans laquelle nos deux jeunes héros ne conçoivent pas de vivre pleinement.

Prix Relay du Roman d'évasion 2000, ce premier roman de Dai Sijie, devenu best-seller a été traduit en 17 langues et déjà vendu en France à plus de 250 000 exemplaires.

Ma notation: 9/10


A propos de l'auteur

Dai Sijie est d’origine chinoise et vit en France. Avant d’être romancier, c'est d’abord un réalisateur qui compte à son actif 4 longs métrages, dont "Chine ma douleur" qui reçut le prix Jean Vigo en 1989 et "Un certain regard": Balzac et la Petite Tailleuse chinoise.

Le film est tout aussi brillant que le livre.

Libellés : , ,

5 Comments:

Anonymous anjelica said...

Je n'ai pas lu le livre, par contre, j'ai vu le film que j'ai bien aimé !

lundi, juin 11, 2007 12:11:00 PM  
Blogger Lancelot said...

@Anjelica
Alors je te recommande de lire ce merveilleux livre. Merci pour ton commentaire.

lundi, juin 11, 2007 2:17:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

Moi j'ai un gros souci avec ce livre :) c'est que j'ai un exposé et sur une question on nous demande de résumez l'histoire d'amour qui se développe... Pourrait-tu m'aidez stp ?

mardi, septembre 29, 2009 10:15:00 PM  
Anonymous Nico said...

J'ai été vraiment déçu par ce roman, que j'ai trouvé mièvre, creux et ennuyeux. Même le style n'y est pas, puisqu'il rappelle celui des romans jeunesse. Il y avait pourtant beaucoup mieux à faire, étant donné le nombre de thèmes abordés.

mardi, janvier 25, 2011 8:50:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce livre est un livre de langue courante et simple, sans grande variété de vocabulaire, mais dont le sens est profond, selon le point de vue de l'auteur. Il y décrit une histoire bien narrée de deux jeunes garçons envoyés dans la campagne pour apprendre la vie dure et difficile d'un paysan qui doit vivre dans ces conditions, et ce, pour fournir les besoins en nourriture des gens de la ville. Ce sont des jeunes qui n'ont jamais connu une telle vie et l'auteur, je trouve a su merveilleusement bien tissée une histoire. J'adore particulièrement l'histoire d'amour. Tristement, la fin n'est pas très bonne, car, les deux jeunes garçons, ayant essayé d'éduquer la fille du couturier avec des oeuvres littéraires occidentales ont peut-être trop bien réussi. Celle-ci a compris qu'il fallait choisir sa propre destinée et non pas la laisser décider par les autres: elle a quitté la montagne où elle vivait avec son vieux père pour aller tenter sa chance en ville. Luo, à travers les récits occidentaux, lui a fait comprendre que "Balzac lui a fait comprendre une chose: la beauté d'une femme est un trésor qui n'a pas de prix.", et elle partit. Luo en eut le coeur brisé et brûla tous les livres occidentaux.
En somme, ce roman peint une très belle histoire. :)

mercredi, mai 18, 2011 12:51:00 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home