samedi, avril 07, 2007

Savoir u tiliser son g ouvernail i nterieur (G oleman)

Quelle que soit sa charge de travail, Richard Abdoo réserve 8 heures par semaine à la réflexion solitaire.

Comme il est PDG de Wisconsin Energy, une société qui réalise un chiffre d'affaires de 12 milliards de francs par an, cette résolution lui demande un certain effort. Abdoo, catholique fervent, consacre souvent ces 8 heures à de longues marches, mais sa contemplation peut prendre d'autres formes, travail dans son atelier ou promenade à moto.

"Vous devez interrompre de temps à autre votre activisme fébrile pour revenir à la réalité, explique Abdoo. Si vous ne consacrez pas assez de temps à ces pauses, vous risquez de perdre le contrôle de la situation et de rencontrer toutes sortes de problèmes".

Quel genre de problèmes ? Perdre de vue nos valeurs, par exemple. Nos valeurs personnelles ne sont pas de nobles abstractions mais des credo intimes qui relèvent souvent plus du sentiment que de la raison.

La conscience de soi mesure si ce que ne faisons en vaut vraiment la peine et ce sont nos sentiments nous donnent alors la réponse essentielle. S'il y a discordance entre l'action et la valeur, il en résulte un malaise sous forme de culpabilité, de honte, de doutes profonds ou d'arrière-pensées lancinantes, de remords, etc. Ce malaise agit comme un frein émotionnel et suscite des sentiments qui peuvent gêner ou saper nos efforts.

Suivre son sentiment intérieur et miser sur un objectif mobilisateur sont d'excellents moyens de minimiser les perturbations émotionnelles.

Cf. D aniel G o l e m a n, "L'i ntelligence é motionnelle 2", page 76 (Edition J'ai Lu, Bien être).

Libellés :

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home