dimanche, juillet 24, 2005

Siddhartha de Hermann Hesse

FICHE:
Titre: Siddhartha
Auteur: Hermann Hesse
Catégorie: Roman
Editeur: Le Livre de Poche
Nombre de pages: 158
ISBN: 2-253-00848-6

Deux enfants de brahmane, Siddhartha et Govinda grandirent ensemble à l'ombre de l'insouciance et de l'affection de leurs parents. Siddhartha commençait à s'apercevoir que l'amour de son père et de sa mère et l'attachement de son ami Govinda ne feraient pas son bonheur. Pour trouver une réponse à toutes les questions dont il s'était posé, Govinda et lui rejoignirent les Samanas.

Parmi ces nombreuses questions figuraient deux principales:

Où était ce moi, où était cet intérieur ?

Avec les Samanas, Siddhartha apprit beaucoup de choses pour s'éloigner de son Moi. Il crut le perdre dans le sentier de la douleur, en s'imposant volontairement des souffrances qu'il domptait: la faim, la soif, la fatigue. Il s'engagea, pour s'en défaire, dans la voie de la méditation. Mais si toutes ces voies l'éloignaient de son Moi, elles le ramenaient pourtant toujours à lui.

Qu'est-ce que l'abandon du corps ?

C'est fuir de son Moi, c'est échapper pour quelques instants aux tourments de son être, c'est endormir pour un temps la douleur et oublier les extravagances de la vie. Mais tout cela, le premier bouvier venu le trouve dans une auberge, en buvant quelques coupes de vin de riz ou de lait de coco fermenté ! Dans cette coupe de vin, il trouve ce même oubli que Siddhartha et Govinda trouvent aussi, quand, au prix de longs efforts, ils s'échappent de leur corps et habitent dans leur non-Moi.

Des questions sans réponse.

Siddhartha croit que de tous les Samanas qui existent, il n'y en a pas un peut-être qui atteigne au Nirvana. Nous trouvons des consolations, nous trouvons l'oubli passager, mais ce ne sont là que des artifices au moyen desquels nous nous trompons nous-mêmes. C'est pourquoi, avec Govinda, Siddhartha décida de quitter les Samanas.

Sur leur chemin ils rencontrèrent le Bouddha, et reçurent son enseignement. Cependant Siddhartha n'avait pas pu accepter sa doctrine et continue seul sa quête.

Ensuite Siddhartha croisa la belle Kamala qui le fait plonger dans la vie du monde et des plaisirs. Ses sens, que les années de la dure existence chez les Samanas avaient presque tués, s'étaient réveillés; il avait goûté à la richesse, il avait goûté à la volupté, à la puissance. Le mal qui travaille l'âme des riches le gagnait aussi peu à peu. Et Siddhartha sentit que quelque chose venait de mourir en lui. Il abandonna sa maison et marchait à travers la forêt. Il s'éloignait de la ville, n'ayant qu'une idée: ne plus revenir en arrière.

Puis il arriva au bord du fleuve. Il contemplait l'eau de ce fleuve qui coulait et jamais il n'y avait pris tant de plaisir. Jamais il n'avait discerné d'une façon si agréable et si claire la voix et l'enseignement de cette eau fuyante. Il crut comprendre que le fleuve avait quelque chose de particulier à lui dire, quelque chose qu'il ignorait encore et qui l'attendait.


A travers son personnage Siddhartha, qui n'a rien à voir avec Siddhartha le Bouddha, Hermann Hesse nous présente une vision philosophique: la recherche de la Vérité est une voie sans fin. Chacun de nous peut y trouver sa propre interprétation.

Le fleuve nous envoie plein plein de messages. On n'écoute que ce qu'on veut bien écouter.


Dans ce roman le grand Maître est le fleuve et ceux qui perçoivent les signes de ce fleuve sont les Sages. Il n'y a pas de Bouddha ni de Maîtres, une nuance sémantique digne d'Hermann Hesse.

L'auteur aborde, par sa profondeur d'analyse, un parcours initiatique que chacun de nous y passe immanquablement dans notre évolution à travers le Samsara. Rien ne peut remplacer l'expérience vécue de la souffrance pour nous rapprocher vers la Voie. Mais quel parcours !

A ne pas confondre avec la vraie histoire du Bouddha ni avec sa doctrine.

J'ai aimé cette lecture.

Ma notation: 10/10


BIOGRAPHIE DE HERMANN HESSE

Ecrivain suisse d’origine allemande, né à Calw (Wurtemberg) le 02.07.1877.

Enfant turbulent, Hermann Hesse n'a cessé de remettre en cause les autorités de fait.

Son premier succès, "Peter Camenzina", raconte la révolte d'un enfant contre sa propre famille et ainsi la difficulté de la recherche de soi face à l'évolution décadente du monde moderne.

Hermann Hesse a toujours posé un regard sévère et inquiet sur la naissance de la société industrielle. Lors de la première guerre mondiale, ses prises de position pacifistes créent une rupture avec son public, mais ses oeuvres, "Demian" et "Siddhartha", brillants plaidoyers sur ses inquiétudes face aux nouveaux conflits internationaux, remportent un franc succès.

Les valeurs défendues par Herman Hesse, connaissance et accomplissement de soi, que l'on retrouve dans nombre de ses oeuvres ("Le loup des steppes", "Le jeu des perles de verre"...) sont jugées trop utopiques par la jeunesse.

Malgré un style éblouissant couronné par le prix Nobel de littérature en 1946, Hermann Hesse perd de sa notoriété à partir de la fin des années 1940.

Il est décédé à Montagola, en Suisse, le 09.08.1962.

Libellés : , ,

1 Comments:

Anonymous Carmen Lopez said...

J'ai lu ce livre cet été, pendant que j'étais en vacances dans la Caroline du Sud. J'ai eu la superbe version anglaise.
Votre commentaire est excellent, moi aussi, je donne 10/10.
Carmen Lopez

dimanche, octobre 04, 2009 12:17:00 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home