vendredi, septembre 16, 2005

Les lettres mauves de Lawrence Block

Fiche:
Titre: Les lettres mauves
Auteur: Lawrence Block
Catégorie: Roman et fiction
Editeur: Points P1048
Nombre de pages: 349
ISBN: 2.02.057124.2


Nous sommes dans l'univers des livres.

Bernie Rhodenbarr, un bouquiniste gentleman cambrioleur (car il aime bien rendre service) est abordé un jour, dans sa librairie, par une charmante brune, Alice Cottrell. Celle-ci , ex épouse de Gulliver Fairborn, un écrivain célèbre, lui a sollicité un service assez particulier.

Mais lorsqu'il passe à l'action, il tombe sur un cadavre !

L'affaire se corse encore avec la disparition de rubis dans le même hôtel, presque au même moment !

Une histoire d'amour remplie de méli mélo sortant de l'ordinaire. Une passion tendre qui nous éclaire sur l'origine de ces enveloppes mauves.

Entre l'écrivain excentrique et son ex qui n'en est pas moins, l'histoire ne manque pas de piquant.

En effet, ce singulier personnage qu'est Gulliver Fairborn n'écrit que ce qui lui plaît, ne se montre jamais en public, et utilise des fausses identités pour ne pas se faire reconnaître. Il communique avec ses éditeurs par lettres mauves.

C'est ainsi que cette correspondance devient un objet de convoitise pour les collectionneurs passionnés et les auteurs de biographie.

Le dénouement est authentique. Un mélange d'Agatha Christie pour la mise en scène finale du style du "Crime de l'Orient Express". Suivi de rebondissement façon John Grisham ou Maxime Chattam. Génial !


Ma notation: 7/10


L'AUTEUR

Lawrence Block naît à Buffalo, dans l’Etat de New York, le 24 juin 1938.

En 1955 il fait ses études à l’Antioch College de Yellow Springs, dans l’Etat de l’Ohio, et commence à écrire des nouvelles.

Devenu directeur littéraire chez l’éditeur new-yorkais Scott Meredith en 1958, il décide de se consacrer à l’écriture.

1960: nègre du romancier William Ard, il lui écrit Babe the Woods, l’une des aventures du privé new-yorkais Lou Largo. Il se marie avec Loretta Ann Kallett, avec laquelle il aura trois filles.

1961: il publie son premier livre, Death pulls a double cross (L’étouffe serviette), qui met en scène un détective chargé de débarrasser son beau-frère du cadavre de sa maîtresse. Dans le suivant, le très noir Mona, il aborde le thème de la drogue.

1962: La collection Série Noire, créée par Marcel Duhamel au sein de la prestigieuse maison Gallimard, inscrit Lawrence Block à son catalogue en publiant Y’a qu’à se baisser, traduction française de Mona.

1966: première apparition d’Evan Michael Tanner, dans The thief who could’nt sleep (Le voleur insomniaque). Ce personnage haut en couleur est un espion polyglotte et contestataire qui ne dort plus depuis qu’un éclat d’obus a détruit la fonction sommeil de son cerveau. Il sera le héros de sept livres, à l’humour décapant.

Tout en continuant d’écrire de nouvelles histoires pour l’espion Tanner, il publie en 1967 le roman policier Deadly honeymoon (Lune rouge). Ce livre sera porté à l’écran par le réalisateur Elliott Silverstein en 1972, sous le titre Nightmare honeymoon.

En 1974 il signe sous le pseudonyme de Chip Harrison, un polar humoristique intitulé Make out with murder (Meurtres à l’amiable). Le héros, lui-même nommé Chip Harrison, est l’assistant d’un détective qui reste cloîtré chez lui. 1975: suite des aventures de Chip Harrison, avec The topless tulip caper (L’aquarium aux sirènes).

1976: The sins of the fathers (Les péchés des pères) marque les débuts d’un nouveau personnage récurrent : le détective privé new-yorkais Matthew Scudder. Les aventures glauques et les cas de conscience de cet ex-policier divorcé et alcoolique vont faire les délices des amateurs de polars. Lawrence Block devient un collaborateur régulier du magazine Writers digest.

1977: jamais à court d’idées et toujours désireux de varier les plaisirs, Lawrence Block crée un nouveau personnage : Bernard Grimes Rhodenbarr, surnommé Bernie. Libraire de métier, ce cambrioleur au grand cœur, mais pas toujours efficace, se voit entraîner dans des aventures rocambolesques.

1982: Eight million ways to die (Huit millions de morts en sursis), nouvelle enquête de Matthew Scudder, remporte le Shamus award (prix annuel décerné par les membres du Private eye writers of America pour récompenser la meilleure histoire de détective privé).

1985: le recueil de nouvelles Des fois ça mord reçoit le Trophée 813, prix français qui récompense les meilleures œuvres policières.

1987: Whoopi Goldberg interprète le rôle du libraire-cambrioleur Bernie Rhodenbarr dans le film Burglar (La pie voleuse), adapté du roman Le monte-en-l'air dans le placard.

1991: A dance at the slaughterhouse (Une danse aux abattoirs) conduit le détective Matthew Scudder à traquer un couple amateur de "snuff movies". Le livre est couronné par l’Edgar Allan Poe award du meilleur roman policier, décerné par les Mystery writers of America.

1992: adaptation cinématographique de Eight million ways to die (le titre français devient alors Huit millions de façons de mourir) par le réalisateur Hal Ashby, avec Jeff Bridges dans le rôle de Matthew Scudder. Le scénario est signé Oliver Stone et David Lee Henry.

Il remporte un deuxième Shamus award avec le roman The devil knows you’re dead (Le diable t’attend) en 1993.

2000: les éditions du Seuil publient Les péchés des pères, traduction française de la première aventure de Matthew Scudder, parue vingt-quatre ans auparavant aux Etats-Unis.

Parution du roman Les lettres mauves, aux éditions du Seuil le 24 août 2001. Dans cette neuvième enquête, Bernie Rhodenbarr se voit chargé de mettre la main sur les lettres d’un romancier culte.

Libellés : , ,

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home